Un métier, une interview : Journaliste

Pour ce numéro, nous avons pu rencontrer Christophe Ono-dit-Biot, directeur adjoint de la rédaction de l’hebdomadaire Le Point et rédacteur en chef du service culture.



Graffiti : Quels sont les différents métiers dans le journalisme ? Christophe Ono-dit-Biot : Il y en a beaucoup. Je pourrais citer les rédacteurs (qui rédigent les articles), les documentalistes (qui fournissent la documentation), les infographistes (qui créent les graphiques), le dessinateur de presse (qui illustrent les articles), les iconographes (qui cherchent ou produisent des photos), les maquettistes (qui mettent en forme les articles), les correcteurs (qui corrigent les articles) et le community-manager (qui gère les comptes de réseaux sociaux du Point : il y met des articles/des choses liées aux articles). Ensuite, il faudrait parler de tout l'encadrement du journal, depuis le rédacteur jusqu’au directeur du journal, chacun ayant son niveau de responsabilité et son utilité, comme les différents organes du corps humain. ​ G : Quelles sont les étapes de réalisation d’un journal ? C. O. : D’abord, la conférence de rédaction, où chaque journaliste a transmis à son rédacteur en chef les sujets auxquels il a pensés. Ensuite, la direction décide de quels sujets vont avoir leur place dans le journal. Après, nous faisons le « chemin de fer » (c’est le déroulé du journal, sujet par sujet). Ensuite, les journalistes écrivent pendant que la direction artistique cherche les photos ou dessins qui vont avec l’article. Puis, nous faisons la maquette (la mise en page de l’article). Et après, l’article est relu plusieurs fois, et envoyé à l’imprimerie. Ça, c’est pour le « print » (le journal papier).


Parallèlement, il y a le web, le journal en ligne, où le journaliste rentre directement son article, choisit les photos, met les liens (autres articles qui permettent d’approfondir le sujet). Ensuite, tout est relu en même temps. ​ G : En quoi consiste le métier de rédacteur en chef ? C. O. : Il coordonne les journalistes d’un service donné : culture, économie, politique, etc... Il anime le service, recueille les idées d’articles lancées par ses journalistes, en lance aussi, et assiste à la conférence de rédaction avec les autres rédacteurs en chef. Il relit aussi tous les articles du service qu’il dirige, les édite, et valide les pages. ​ G : Et celui de directeur adjoint ? C. O. : Le directeur adjoint fait partie de la direction éditoriale du journal. Il anime l’ensemble de la rédaction, dirigée par le directeur de la rédaction. ​ G : Pouvez-vous nous raconter votre expérience dans les autres métiers du journalisme que vous avez effectués ? C. O. : J’ai été grand reporter, ce qui m’a permis d’écrire sur des sujets très variés, allant du tsunami de 2004 en Asie à la couverture de la campagne présidentielle de 2007. Des expériences intenses. ​ G : Et enfin, quand vous étiez reporter, lequel des reportages que vous avez menés vous a le plus marqué ? Pourquoi ? C. O. : Le tsunami de 2004. J’y ai vu beaucoup de morts, une expérience éprouvante. Les mines de rubis en Birmanie, aussi, où était allé l’un de mes auteurs préférés, l’immense Joseph Kessel. Faire ce métier m’a permis de découvrir des parties du monde ou je ne serais jamais allées, et d'en rapporter des récits que je ne m'attendais pas à raconter. ​ ​ Merci beaucoup Christophe Ono-dit-Biot, d'avoir répondu à nos questions !

16 vues

© Atelier Journal "Graffiti" 2019/2021

Pour contacter les éditeurs du site, cliquez ici

redaction@journal-graffiti.fr /  Tous les mardis de 13h00 à 14h00 / Au C.D.I

  • Deezer - White Circle
  • Spotify - Cercle blanc
  • Instagram - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle
  • YouTube - Cercle blanc