ATEA : La Puce à l'oreille

La dernière représentation de l’ATEA nous avait prévenu, l’atelier théâtre hiver avait en effet placé la barre haute. Un défi que se devait de relever l’atelier printemps. Un défi largement réussi avec cette mise en scène de La Puce à l'oreille de Feydeau.

 

Back to the seventies

Mise en scène notamment par Brice Parent, la pièce datant de 1907 est transposée dans un décor des années 70 qui, une fois la surprise et l’amusement passé se prête tout à fait à l’histoire. C’est donc ainsi que nous plongeons avec plaisir dans l’histoire qui nous est proposée, sur fonds de décors superbes et épurés. Ces décors créés spécialement pour l’occasion permettent à l’action de prendre sa place de partout.


“Ciel mon mari !”

Nous y voilà ! Pour une histoire (supposée) de tromperie, Raymonde (Chandebise) se lance dans la rocambolesque aventure de confondre Victor Emmanuel (Chandebise) la main dans le sac. S’ensuit alors des passages dans le salon des Chandebises tous plus drôles les uns que les autres. Du docteur à la femme du maitre d’hotel en passant par le cousin qui ne peut pas prononcer les consonnes, ce spectacle regorge de de droleries et de personnages incroyables. Se poursuivant à l'hôtel du “Minet Galant qui, comme le dit Raymonde, n’est pas une pension de famille, l’intrigue bascule dans un ballet continuel de personnages criant tous les uns plus forts que les autres, mêlant leurs intrigues et partageant avec les spectateurs leurs émotions.



Mention spéciale à Octave le Saux pour son rôle de Romain Tournel, une interprétation brillante qui attire tous les regards.


 

Retrouvez La Puce à l'oreille en vidéo :


Distribution A




Distribution B