Coupe du monde au Qatar

Dans ce numéro, nous avons voulu changer d’approche pour la rubrique Graffiti sur le terrain : c’est vous qui avez fait l’article. Concrètement, qu’est-ce que cela signifie ? Nous vous proposons aujourd’hui un sondage auquel des élèves ont répondu à propos de la Coupe du monde au Qatar : comptent-ils la regarder ?


Pourquoi vous poser cette question qui, a priori, peut sembler inintéressante ? Au-delà de votre intérêt, ou non, pour le football, la différence entre cette Coupe du monde et les précédentes réside dans les circonstances qui l’entourent. Il est vrai que ce n’est pas la première fois que ce tournoi se tient dans un pays dictatorial (il n’y a qu’à prendre le dernier tournoi en Russie). Toutefois, ce qu’on reproche aujourd’hui au Qatar (ce qui n’était pas le cas en Russie) est intimement lié au tournoi en lui-même


Dans un pays de moins de 3 millions d’habitants, il a fallu ériger des infrastructures colossales (sept nouveaux stades, des hôtels, des transports) qui ont nécessité une main-d’œuvre importante. Or, The Guardian fait état de plus de 6 500 morts parmi les employés étrangers du bâtiment au Qatar, depuis l’attribution de la Coupe du monde. Plus de 70 % d’entre elles restent inexpliquées. Le journal rapporte des conditions de travail déplorables : pas d’eau ni de nourriture, horaires sous le soleil plombant, mouvements contrôlés par les employeurs... Le Code du travail qatari n’a été réformé qu’en 2020.

Certains pointent également du doigt l’impact environnemental conséquent du tournoi : au-delà de tout ce qui sera construit pour un usage très limité à l’avenir, on pense également aux liaisons nombreuses en avion pour relier Doha aux Émirats Arabes Unis où de nombreux supporters vont résider le temps du tournoi, alors que tous les matchs se situent autour de la capitale qatari.Dernièrement, les stades à ciel ouvert sont climatisés, ce qui fait polémique, bien qu’ils soient alimentés par de l’énergie solaire.


À travers un sondage publié sur notre site internet au début du mois d’octobre, nous vous avons donc posé la question suivante : « Allez-vous regarder la Coupe du monde au Qatar ? »



Voici les résultats :

Vous avez été plus d’une soixantaine à répondre. Sur l’ensemble des participants, 40,3 % vont regarder les matchs, 34,3 % ne vont pas les regarder en signe de protestation, 23,9 % ne vont pas les regarder par manque d’intérêt et 1,5 % ne vont pas les regarder pour une autre raison.