Une invasion par les glaces ?

Laissons l’idée d’une attaque de dinosaure surgissant des glaces pour nous envahir aux scénaristes de films de science-fiction. Mais le danger d’une attaque bactérienne est bien réel, encore plus en période de réchauffement climatique !


Si vous ne l’avez pas encore étudié en géographie voici ce qu’est le permafrost. De son nom français pergélisol, il désigne un sol (en général dans les hautes latitudes ou altitudes) gelé en permanence. Il se compose de trois couches : la première dégèle lorsqu’il fait chaud, de la végétation peut y pousser. Les deuxièmes et troisièmes sont constamment à des températures négatives et la troisième couche reste globalement à la même température toute l’année. On y retrouve aussi de la glace.

Vous l’aurez compris : avec le réchauffement climatique, le pergélisol est menacé de voir sa surface globale se réduire : des études démontrent que d’ici la fin du siècle, 40% de la totalité pourrait disparaître.

C’est déjà en soi un bien sombre bilan, mais une mauvaise nouvelle ne vient jamais seule ! Le pergélisol constitue 20% du sol sur Terre. Il y a donc de nombreuses personnes qui vivent au-dessus, et si la surface venait à fondre, toutes les infrastructures seraient menacées. En plus, il regorge de gaz à effet de serre : la biomasse enfermée depuis des millions d'années dans un sol glacé, décomposée, libérerait des tonnes de dioxyde de carbone et de méthane si le sol venait à fondre. C’est un cercle vicieux : plus la planète se réchauffe, plus le permafrost fond et libère des gaz réchauffant encore plus la planète…


Mais ce n’est pas tout, et c’est là que nous en venons au sujet de l’article. Le permafrost contient plusieurs couches, et étant donné le froid, celles-ci sont admirablement bien conservées. En profondeur, on retrouve donc facilement des couches de terre qui se trouvaient à la surface il y a des milliers d’années… et tout ce qui vient avec ! Le pergélisol abrite de la vie, comme partout : de nombreuses bactéries, champignons et virus y prolifèrent. Ainsi, on peut trouver à quelques mètres de profondeur des virus totalement différents de ceux qu’on connaît actuellement, et, s’ils sont aujourd’hui enfouis sous terre, ils pourraient ressurgir dans les prochaines décennies avec la fonte du pergélisol.

Des chercheurs ont pu faire renaître des bactéries vieilles de plus de trente mille ans enfermées dans les sols gelés : si celles-ci sont sans danger pour l’homme, ce n’est pas le cas de toutes. Aussi, les antibiotiques dont nous disposons n’affectent pas beaucoup des bactéries, munies d’un gène immunisant. Il serait ainsi catastrophique de voir (re)naître un virus pathogène contre lequel nous ne pourrions pas nous défendre !


Le permafrost est aujourd’hui une préoccupation majeure des scientifiques, et sa fonte pourrait bien se révéler l’une des pires conséquences du réchauffement. Nous nous devons ainsi de prendre soin de notre planète, si nous ne voulons pas nous retrouver avec un coronavirus 2.0 invincible…


Harris Albouchi

16 vues