top of page

Un nouveau regard sur l’école

Vous êtes peut être arrivé à l’école en sixième, au le jardin d’enfant ou même cette année. Vous, élève, vous étiez peut être émerveillé, ou alors vous aviez peur, vous étiez angoissé. Chacun ses petites émotions de rentrée... Mais avez-vous déjà pensé à ce que ressentent les profs quand ils arrivent dans une nouvelle école ? La rédac’ les a interrogés pour vous. Pour cet article nous avons interrogés deux professeurs : Nathalie Anton (Français) et Marion Verret (Technologie).


Mme Anton

Nathalie Anton est professeure de français à l’école depuis septembre 2019. Auparavant, elle enseignait au lycée français de New York ; Mme Anton est également psychologue. Nous l’avons rencontré en exclusivité pour vous.


G : Comment êtes-vous arrivé à l’École alsacienne ?

J’ai une amie qui connaissait Mme Beillacou, une professeure de Français à l’école, qui m’a mis en relation avec elle.


G : Quelle est votre première impressions sur l’école ?

Très positive, les élèves sont très gentils et les collègues accueillants. Le lieu est magnifique et j'ai l’impression qu’il y a beaucoup de projets très enthousiasmants !


G : Quelles classes avez-vous ?

Une classe de 5e, une classe de 3e et une classe de première.

G : Vous préférez les États-Unis ou la France ?

Ce sont deux vies très différentes, qui ont chacune des points positifs. Idéalement j'aimerais avoir le don d’ubiquité, pour pouvoir être à Paris et à New York en même temps.

G : Quand avez-vous débuté dans le métier ?

Je fais le métier d’enseignant depuis 20 ans. J’ai commencé un peu comme tous les enseignants vers 24 ans.

G : Pourquoi êtes-vous revenu en France ?

Je suis revenue en France car elle me manquait. Je suis contente d’être revenue dans une culture qui est la mienne, avec un rythme de vie qui me semble plus apaisé qu’à New York.

G : Combien de temps êtes-vous resté aux Etats-Unis ?

Je suis restée aux états Unis pour une période de 6 ans.

G : Est-ce que vous exercez encore le métier de psychologue ?

Oui, je pratique encore le métier de psychologue en parallèle.

G : Pourquoi avez-vous accepté ou envoyé votre candidature pour être professeure à l’école ?

Je savais que c’est une école très dynamique, avec beaucoup de projets, et où le bien être des élèves est très important. J'avais envie de travailler dans un environnement où mes valeurs sont respectées et partagées avec le reste de l’équipe.



Mme Verret

G. : Où enseigniez-vous avant d’arriver à l’école ?

J’enseignais au lycée Français de Madrid.


G. : Qu’est-ce qui vous a le plus étonné à l’école ?

Tout est très très efficace, tout marche bien, les gens sont motivés à l'écoute. Ce qui est très plaisant pour travailler efficacement.


G. : Pourquoi êtes vous venue à l’école ?

La France me manquait et je devais remonter sur Paris pour raison personnelles, et j’ai postulé pour enseigner ici car c’est une école très réputée.


G. : Quel est votre avis sur l’école ?

C’est un peu tôt pour répondre mais je suis globalement satisfaite.


G. : Aviez-vous une tablette numérique dans votre précédente école ?

Non je n’avais pas de tablette, mais je gérais mon propre parc informatique.


G. : Quelle est votre zone préférée à l’école ?

Mes zones préférées ce sont les salles de technologie ; j’en sors assez peu !


G. : Quelle a été votre première impression en arrivant à l’école ?

La taille de l’école malgré sa situation en plein centre-ville.


G. : Si vous deviez partir aujourd’hui que retiendrez-vous de cet endroit ?

Je retiendrais que tout est efficace, comme une machine bien huilée, et puis les gens sont productifs et à l’écoute.


G. : Quelle est l’année de votre programme préféré ? Pourquoi ?

L’année de mon programme préféré est la cinquième car l’on fait du génie civil.


G. : Merci beaucoup, Mme Verret, d’avoir répondu à nos questions !


Propos recueillis par Xin Miao Liu-Glayse, Julien Pannier et Jospeh Servat-Guedj

29 vues
bottom of page