Dossier spécial école : Une Ecole écolo (Partie 2)

À chaque nouvelle année scolaire, on nous distribue un nouveau carnet de correspondance. Si, pour certains, c’est une fourniture indispensable au bon fonctionnement de la vie à l’école, d’autres doutent parfois de son intérêt. Graffiti a mené l’enquête : en a-t-on vraiment besoin ? Ne pourrait-on pas le remplacer ?

Tout d’abord, il faut savoir que la distribution des carnets de correspondance dans toutes les écoles est
une obligation, décrétée par l’Éducation nationale.

 

Auparavant, les carnets de correspondance du Petit Collège étaient forts volumineux et encombrants : on
pouvait mesurer plus d’1cm d’épaisseur, autant qu’un petit livre ! Les carnets de correspondance de la primaire sont dorénavant plus fins, à l’image de ceux du Grand collège (seulement 2 millimètres d’épaisseur). C’est un véritable gain écologique : la moitié de ces feuilles n’était presque jamais utilisée, puis jetée à la fin de l’année scolaire...

 

Une fois la question du nombre de pages réglée, qu’en est-il de l’utilité des cahiers de liaison ? Pour être franc, il serait difficile de s’en passer, du moins avec les plus petits : comment, à 6 ans, créer un lien de
communication entre l'école et ses parents, sinon avec un tel cahier ? Et puis le carnet de correspondance a également un intérêt symbolique. Si un professeur demande à un élève de lui donner son carnet, c’est pour une raison bien simple : cela produit bien plus d’effet sur l’élève que s’il lui disait « J’envoie à mail à tes parents ! ». Un professeur peut oublier d’envoyer le mail, les parents peuvent ne pas le lire, et il aurait peu d’impact sur l’élève.

 

De plus, pour les enfants du Petit collège dont les parents sont séparés, un tel carnet est très pratique. Il permet de noter des remarques importantes au développement personnel de l’élève. Est-il malade ? A-t-il eu des problèmes durant la semaine passée avec son père, sa mère ? Ces choses-là sont souvent marquées dans le carnet de correspondance des élèves de primaire.

 

D’ailleurs, si vous regardez attentivement votre carnet, vous verrez que sa dernière page est consacrée à l’infirmerie. Des reporters de Graffiti ont donc simulé plusieurs problèmes de santé, et sont allés enquêter. “À chaque passage à l’infirmerie, on nous donne un petit ticket de reçu, mais pas un mot, pas une lettre dans notre carnet !” Résultat : encore une feuille de gâchée !


Il serait tout de même beaucoup plus pratique d’en avoir un pour chaque cycle ; cela économiserait aux alentours de 5 feuilles de papier A4, soit 10 feuilles de notre carnet !
Et puis, dans notre société actuelle, nos carnets de correspondance pourraient vite se numériser... Alors certains disent que oui, d’autres que non, mais c’est sans oublier l’arrêté du 16 juillet 2015 "portant création d'un traitement automatisé de données à caractère personnel ayant pour objet de permettre aux élèves et à leurs responsables légaux d'être informés des événements de vie scolaire"...


Propos recueillis par Alexandre Barbaron et Owen Samama-Brault

© Atelier Journal "Graffiti" 2019/2021

Pour contacter les éditeurs du site, cliquez ici

redaction@journal-graffiti.fr /  Tous les mardis de 13h00 à 14h00 / Au C.D.I

  • Deezer - White Circle
  • Spotify - Cercle blanc
  • Twitter
  • Instagram - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle
  • YouTube - Cercle blanc