La France 4ème du mondial de handball



Un tour préliminaire réussi

Après de nombreuses années au sommet du handball mondial, avec 4 titres mondiaux entre 2011 et 2017, les « experts » (comme ils étaient surnommés) ne sont plus au sommet de la gloire. Nous avons notamment eu droit à une élimination surprise à l’Euro 2020. Les espoirs français étaient donc assez maigres avant d’entamer le tour préliminaire face à la Norvège, favorite à la victoire.

La France a fort bien réussi son entrée dans le mondial égyptien en dominant la Norvège lors de son premier match (28-24). Les Bleus ont ensuite enchaîné, face à l’Autriche (35-28) afin de se qualifier pour la phase de groupe. Une victoire arrachée face à la Suisse (25-24), sans convaincre, leur a permis de finir premier de leur groupe préliminaire afin d’être dans un groupe plus simple durant la phase de poules.


ci-dessus : Ludovic Fabregas et Dika Mem devant le norvégien Petter Øverby


Une qualification obtenue en phase de groupe sans convaincre

Les points obtenus lors de la phase préliminaire contre les équipes qualifiées étant reversés lors de ce deuxième tour, la France a commencé avec 6 points (2 pour une victoire, 1 pour un nul ou 0 pour une défaite). Les Bleus ont alors affronté l’Algérie, contre lesquels ils se sont imposés dans la difficulté dans les dernières minutes (29-26). Une cinquième victoire d’affilée face à l’Islande (28-26) sans jamais vraiment dominer la rencontre les a rapproché des quarts.

Pour leur dernier match du tour principal, les Bleus rencontraient le Portugal. Cette équipe les avait éliminés au tour préliminaire de l’Euro il y a un an. Cependant, les Bleus se sont montrés très convaincants et ne se sont jamais fait rattraper par le Portugal pour finalement finir le match avec un très bon écart (32-23). Ceci leur permet de finir premiers de leur groupe, devançant la Norvège.


Le capitaine français Michaël Guigou et Ludovic Fabregas devant l'algérien Redouane Saker

Une qualification pour la demi-finale arrachée en prolongations

Les Bleus affrontent donc la Hongrie en quarts de finale afin d’essayer d’obtenir une place dans le dernier carré. Les hongrois menés par leur demi-centre Máté Lékai, notamment, donneront du fil à retordre aux Bleus même s’ils sont une moins réputée que l’Espagne ou la Norvège.


Après une dizaine de minutes de jeu environ, les Bleus n’ont marqué qu’un seul but et perdent 7-1

Après une dizaine de minutes de jeu environ, les Bleus n’ont marqué qu’un seul but et perdent 7-1, leur seul but venant de Ludovic Fabregas dans la quatrième minute. Cependant, grâce à leur capitaine Michaël Guigou, les Bleus réussissent à se ressaisir et reviennent même à un point à plusieurs reprises aux alentours de 20 minutes de jeu grâce à des buts de Nedim Remili, Luka Karabatic, Ludovic Fabregas ou Luc Abalo. Cependant, avec cinq secondes restantes dans la mi-temps ils concèdent un dernier but marqué Máté Lékai à la suite d’un mouvement collectif qui déstabilise la défense française.


à la 38’ minute Valentin Porte inscrit 3 buts d’affilée pour permettre à la France de mener pour la première fois du match

Les Français reviennent plus forts du vestiaire et rentrent bien offensivement dans la seconde mi-temps mais ne parviennent pas à stopper les tirs hongrois, ce qui impose un chassé-croisé entre une différence de -1 et -2. Cependant, un tournant du match a lieu à la 38’ minute lorsque Valentin Porte inscrit 3 buts d’affilée pour permettre à la France de mener pour la première fois du match (20-19). Les hongrois reviendront plusieurs fois à égalité avec les Français sans revenir devant (44’ et 49’) avant que les Français ne parviennent à imposer une marge de 3 buts d’écart, notamment grâce à des buts de l’ailier gauche montpelliérain Hugo Descat (5 buts). Cependant, à la 58’ les hongrois reviennent à -1 buts et leur pivot Bence Banhidi marque l'égalisation à la suite d' une perte de balle française. Les Bleus auront une dernière chance sur un tir à neuf mètres de Dika Mem, qui ne réussit pas à marquer face au mur hongrois. Le match est donc allé en prolongations.

Durant les deux périodes de cinq minutes, les Bleus n’auront jamais vraiment été mis à mal par les hongrois. Suite à l’ouverture du score hongroise, les Bleus reprennent rapidement la main grâce à un but de Romain Lagarde (63’) et ne perdront plus l’avantage. Le but de Luc Abalo à la 69’ minute scelle le sort de la rencontre avec une différence de 3 buts en faveur de la France (35-32).

Les Bleus retrouveront donc la Suède (vendredi à 17h30), qui a largement battu le Qatar (35-23), en demi-finale alors que l’Espagne et le Danemark se disputeront eux aussi une place en finale ce vendredi.


Les bleus s’inclinent pour la première fois de ce mondial

Face à la Suède, les bleus sont mieux rentrés dans leur match que face à la Hongrie, étant même revenus devant à la 13’ minute grâce à un jet de 7m de Kentin Mahé (7-6). Cependant, il n’aura fallu qu’une petite minute pour que les suédois ne reprennent le match en main grâce à un but en contre de leur ailier gauche Hampus Wanne (10 buts).

Ensuite, les bleus sombrent jusqu’à un retard de 5 buts. Au contraire du gardien français, Vincent Gerard, qui ne fait qu’un seul arrêt de tout le match, le gardien suédois (Andreas Palicka), réalise un match énorme avec plus d’une dizaine de tirs arrêtés. Le gardien remplaçant français, Yann Genty, ne fera guère mieux en seconde période en n’arrêtant que deux tirs avant sa sortie. La France n’aura donc pu compter sur ses gardiens, même si la défense française ne les a guère aidé, alors que la Suède avait un véritable mur dans les cages.


Le Français Dika Mem devant le suédois Jonathan Carlsbogård

Les bleus n’ont pas non plus su imposer leur jeu face à une défense suédoise très solide, combinant des passes latérales inutiles et des tirs depuis les 9 mètres qui ont pour la plupart fini dans les mains d’Andreas Palicka. De l’autre côté du terrain, les suédois ont su combiner les passes afin de trouver leurs ailiers (avec 17 buts pour tous les ailiers suédois combinés, contre 8 pour les ailiers français) qui ont su marquer depuis les 6 mètres.

Alors que les bleus étaient encore à une différence de 2 buts à la 50’, et osaient encore espérer, Adrien Dipanda a reçu un carton rouge (après avoir déjà reçu deux avertissements) pour une faute sur le visage du défenseur central suédois Gottfridsson. Le match bascule alors de mal en pis pour la France qui n’a pu revenir de ce dernier événement. Hampus Wanne enfonce tout espoir français à la 59’ en marquant un dernier but suédois pour emporter la différence à 5 buts. Le match se finit donc sur le score de 26-31.


« On a eu mal » selon Ludovic Fabregas

C’est donc un naufrage, logique, au pied de la finale en Égypte pour les Bleus qui ont « eu mal » selon le pivot Ludovic Fabregas. La France affrontera l’Espagne, battue par le Danemark (33-35), dans le match pour la troisième place ce dimanche à 14h30.


La France s’incline contre l’Espagne

Une fois de plus, la France n’a pas bien entamé son match avec un retard de 4 buts dès le début du match. Même avec un Vincent Gérard beaucoup plus en forme que face à la Suède (12 arrêts), les Bleus n’ont rien pu faire en attaque face à Rodrigo Corrales qui s’est imposé (16 arrêts dans le match), notamment en première mi-temps (10 arrêts).

Revenus de loin en première période, ils semblent en bonne position pour entamer la deuxième période (seulement 2 buts de retard), avant de concéder un dernier but avant la mi-temps.

La France entame donc la deuxième mi-temps avec un retard de 3 buts et parvient à revenir à un petit but de retard grâce au pivot Ludovic Fabregas. Les Bleus ne parviendront jamais à revenir si près de la « Roja ». L’Espagne reprendra la tête du score et finira le match avec une différence de 6 buts (35-29), en battant le record de buts en « petite finale » dans un mondial de handball.


Hugo Descat, la révélation française du tournoi

Les Bleus n’ont que très peu convaincu durant le mondial, avec un match modèle : celui contre le Portugal durant lequel ils ont déroulé ce qu’ils savent faire. Cependant, ils ont permis d’espérer quant à l’avenir de la sélection qui a été largement remanié après le débâcle à l’Euro 2020 (nouveau staff) et aux départs de légendes tels Thierry Omeyer et Daniel Narcisse. Une quatrième place d’autant plus encourageante que les stars Nikola Karabatic et le gardien Wesley Pardin étaient blessés, tout comme Luka Karabatic et Timothy N’Guessan, blessés en Égypte.

Hugo Descat (28 ans) est également la révélation française du tournoi pour son premier tournoi majeur avec l’équipe de France, avec 38 buts en 9 matchs pendant la coupe du monde en Égypte.


Sources photos : Francetvinfo, Cnews, l'Equipe, Le Monde

58 vues