top of page

L'école est de sortie ... À la Cité de la musique

Le mardi 16 novembre, la classe de 4e2 est allée à la Cité de la musique de la Philharmonie de Paris, accompagnée de Madame Dominique Deplus (professeure de musique) et de Madame Judith Beaufils (adjointe d'éducation).


La Cité de la musique se trouve dans le campus de la Philharmonie de Paris, dans le 19e arrondissement. Le campus propose également des activités pratiques (comme une initiation au gamelan de Java à laquelle à participer la classe le jeudi 16 décembre), ainsi que des salles de spectacles. On peut y voir des pièces de théâtre, mais aussi des spectacles de danse, de cirque ou de musique. Il y a également une aile d’exposition ainsi qu’une médiathèque.

Le musée recense 8 390 instruments de musique, de documents écrits mais aussi audiovisuels. Au premier étage sont exposées les œuvres des 16-17ème siècles. On y trouve des luths, des archiluths ainsi que des clavecins magnifiquement décorés. Grâce aux appareils audio, le groupe a pu entendre ces instruments. Le deuxième étage est dédié aux 18-19ème siècles. Des animations sur la cornemuse s’y tiennent. L’étage supérieur se consacre aux instruments du 20e siècle. On y trouve près de 200 guitares. Le 5e étage, lui, s’intéresse à la musique du 21e siècle, mais aussi aux bruitages et musique de films. On trouve au rez-de-chaussée des instruments du monde entier. Tout au long du parcours, avec des panneaux et des activités simples, le public découvre des compositeurs, des instruments. Ils suivent l’évolution de la lutherie, de la composition, du 16e siècle à la musique de nos jours.


Les violons de poche ont attiré l’attention du groupe ainsi que les cors de chasse. Mais c’est l’octobasse qui impressionne le plus. Du haut de ses 3,90 mètres, ceux qui en jouent doivent monter sur un escabeau attenant et appuyer sur des doigts de fer pour jouer certaines notes. Autre particularité : l’octobasse n’a que 3 cordes. Il n’y en a que 5 dans le monde. Une seule œuvre a une partie pour l’instrument : Te Deum d’Hector Berlioz. Rarissime donc, et pour cause, le son est très grinçant et grave. Il est difficile d’en jouer.


Pour les élèves de la classe CHAM, cette visite a été très intéressante car elle a permis d’éclaircir l’origine de leur art, de leurs instruments mais aussi de la musique en elle-même ! Merci beaucoup à Madame Deplus pour cette sortie !



Elodie-Yuna Nguyen- -Kang

Photos de J. Cedro-Janvier



79 vues
bottom of page