top of page

Échange à Taïwan : les correspondants à Paris

Les échanges de longue ou courte durée sont nombreux à l'École et permettent aux élèves de s'imprégner d’une culture nouvelle, en explorant de nouvelles langues, coutumes mais aussi une autre école. Dans cet article, Graffiti vous offre un aperçu de l’échange de courte durée avec Taiwan.


 

Du 24 au 30 janvier, l’École a reçu une délégation taïwanaise - 18 élèves de l’Alsacienne participent à l’échange avec la  New Taipei Municipal Hsien Tin Senior High School cette année. Pendant une semaine, ils ont pu partager de précieux moments.


Yu-Jia, élève de 高一, l’équivalent de la 2de, nous parle de sa scolarité dans une très bonne école de Taipei. Ses horaires sont assez similaires aux nôtres : de 8h à 16h tous les jours, y compris le mercredi. Sa charge de travail est modérée, elle ne travaille qu'une heure par jour. Cependant, elle a souligné que le rythme de travail s'intensifie lors de certaines périodes, notamment lorsqu'elle suit des cours supplémentaires, comme la plupart des étudiants taïwanais. En 3e et en Tale (國三, 高三), en raison des examens de fin d’année, les élèves travaillent intensément. La réussite à ces examens est importante : en fonction de leur classement, les élèves peuvent accéder à certaines écoles, ou non. Ainsi, l’examen de fin de collège détermine leur lycée, qui influence leur université… qui elle-même impacte leur carrière.


Leur école est assez grande : elle compte environ 17 classes de 37 élèves chacune, réparties en 3 niveaux. Il y a une piscine, des espaces de travail en équipe, des infrastructures technologiques… Son fonctionnement même diffère de la nôtre. Le port de l’uniforme est obligatoire, mais Yu-Jia semble en être contente. Le fait de ne pas avoir à réfléchir à sa tenue chaque matin lui plaît, d’autant plus qu’elle se prépare en seulement 10 minutes pour partir de chez elle à 6 heure 40, petit déjeuner dans le sac. En classe, c’est également différent : ses cours se déroulent tous dans la même salle, à l'exception de certains cours (tels que la musique, la SNT et le sport). À midi, les élèves ne sont pas autorisés à quitter l’école mais doivent déjeuner à la cantine.





Un autre correspondant avec qui nous avons pu échanger nous fait part de son ressenti général. « En France, nous avons visité de nombreux musées et attractions. Nous avons également passé beaucoup de temps avec notre famille d'accueil. Malgré la barrière de la langue, nous avons réussi à communiquer, parfois avec des gestes, et parfois en anglais ou en chinois. J'ai réalisé que les différences culturelles sont vraiment importantes. Même si ça a pu être difficile, je suis heureux d’avoir pu participer à cet échange. »


Emmanuelle Charbin-Jouët, du bureau du service de l'ouverture internationale, exprime son opinion sur cette aventure. « L'échange de courte durée avec Taipei vient tout juste de se terminer et ce fut un succès. Les correspondants taïwanais ont été accueillis une semaine dans nos familles, ont pu profiter de visites dans Paris et du merveilleux accueil que toute l'École leur a réservé. Taipei pour les élèves de l'École alsacienne en avril ! ».


C’est en ces termes que Pierre de Panafieu se représentait les échanges : « J’avais l’idée que grâce à ces échanges, nos élèves aient des amis tout autour du globe et que, quand ils auront 25 ans, ils puissent se dire : Tiens, je vais aller voir un ami dans telle ou telle ville. » Cet objectif se concrétise, comme en témoigne le fait que les élèves et les anciens élèves conservent de nombreux souvenirs issus de cette unique expérience, par laquelle ils ont également beaucoup appris.

55 vues
bottom of page